Chauffoirs

Product Description

Avant l’injection, la drogue sous forme de poudre, de solide ou de comprimé doit être mélangée avec de l’eau stérile et peut-être avec un acidifiant (selon la drogue) pour former une solution liquide. Les chauffoirs sont les contenants utilisés pour de processus de préparation de la drogue, souvent chauffée pour obtenir la texture désirée. Les chauffoirs ne continnent pas de produits nocifs ni de produits chimiques. L’utilisateur ne risque pas de subir de méfait lorsque le produit est chauffé. Ce matériel, s’il est réutilisé, peut servir à transmettre des virus transmis par le sang, l’hépatite C et le VIH. Il est donc important de rappeler aux clients que tout comme les aiguilles, les chauffoirs sont à usage unique seulement.

Deux types de chauffoirs sont distribués par Le PODRRM : la cuillère en acier inoxydable et les stericups de couleur, qui contiennent un filtre et un tampon sec. Les deux types de chauffoirs sont stériles et constituent un contenant beaucoup plus sécuritaire pour mélanger les drogues en comparaison des cuillères, cannes ou bouchons de bouteilles parce qu’ils chauffent plus uniformément et ne sont pas contaminés par la bactérie comme pourraient l’être d’autres articles de la maison.

Best Practice

Best Practice:

Utiliser un chauffoir préemballé et stérile pour préparer les drogues pour chaque injection pour réduire la transmission du VIH, de l’hépatite C (VHC) et d’autres pathogènes.

  • Fournir des chauffoirs stériles emballés individuellement à fond plat pour la distribution uniforme de la chaleur et des poignées résistantes à la chaleur selon les quantités demandées par les clients sans imposer de limite sur le nombre de chauffoirs fournis au client par visite
  • Offrir un chauffoir strérile avec chaque aiguille fournie
  • Fournir des trousses préemballées d’injection plus sécuritaire (aiguilles, seringues, chauffoirs, filtres, eau stérile pour l’injection, tampons d’alcool, tourniquets et acide ascorbique, si nécessaire) et aussi des fournitures d’injection individuelle plus sécuritaire, en même temps
  • Jeter les chauffoirs utilisés et tout autre matériel d’injection conformément aux règles locales pour les déchets biomédicaux
  • Éduquer les clients sur les risques liés au partage et à la réutilisation des chauffoirs et sur l’utilisation adéquate des chauffoirs par une seule personne
  • Éduquer les clients sur les méthodes correctes utilisées pour jeter les chauffoirs utilisés.
  • Retirer l’emballage du chauffoir
  • Placer le chauffoir sur une surface plate et propre.
  • Ajouter la drogue et l’eau ainsi que l’acide ascorbique, au besoin, au chauffoir.
  • Chauffer la base du chauffoir jusqu’à ce que la solution ait atteint la texture désirée.
  • Après l’usage, il faut jeter le chauffoir dans un contenant de déchet prévu pour les objets contaminés conformément aux règles locales pour les déchets biomédicaux.
  • Il faut informer les clients de chauffer leur mélange de drogue pendant un minimum de 15 secondes pour tuer les plus de bactéries que possible (note de service de la Ville d’Ottawa, dossier no 003, décembre 2004). La poignée est plus courte que celle d’une cuillère de coutellerie, les clients doivent donc faire attention lorsqu’ils font chauffer, la durée peut être augmentée ou diminuée en conséquence. Par exemple, un briquet émet moins de chaleur qu’un brûleur à gaz. Donc, s’il utilise un brûleur à gaz, la personne devra peut-être réduire la durée du chauffage.
  • La forme et la profondeur des trois types de chauffoirs, cuillères et stericups sont légèrement différentes. Ces caractéristiques peuvent affecter leur stabilité sur une surface et augmenter la possibilité de renverser le contenu. Il est donc important d’utiliser le chauffoir sur une surface plate.
  • Il est recommandé d’évaluer approximativement 1 000 aiguilles par personne par année. Un programme d’aiguilles et de seringues devrait évaluer 1 000 chauffoirs par personne par année.
  • Il est important de faire la rotation du stock pour assurer que la durée de vie du produit ne soit pas expirée avant la distribution aux clients.
  • Les études ont démontré que les personnes qui consomment des drogues par injection partagent d’autre matériel d’injection plus souvent qu’elles partagent les aiguilles.
  • Dans un examen de Strike et al.1, plusieurs études ont révélé que les individus partagent les chauffoirs plus fréquemment que d’autres fournitures d’injection.
  • D’autres études ont révélé que même si les personnes utilisent leur propre aiguille stérile pour l’injection, elles peuvent avoir partagé d’autres fournitures d’injection comme les chauffoirs, les filtres et les contenants d’eau.
  • Une étude de Seattle mesurant la séroconversion VHC parmi une cohorte de 317 résidents actifs de Seattle qui utilisent des drogues par injection, qui ont obtenu des résultats négatifs à des tests d’anticorps du VHC au recrutement ont noté que les personnes qui partageaient les chauffoirs et les filtres (mais pas les seringues) avait élevé le risque de séroconversion VHC de six fois. On a déterminé que 54 % des infections par VHC parmi le groupe étaient attribuées au partage du chauffoir et du filtre.

Sources & Resources

  1. Strike C, Hopkins S, Watson T, Gohil H, Young S, Buxton J et al. Best practice recommendations for harm reduction programs: needle and syringe distribution, other injecting equipment distribution, safer crack kit distribution (interim version). 2012.
  2. City of Ottawa memo, from Paul Lavigne, Harm Reduction Project Officer, December 2004
  3. Strike C, Leonard L, Millson M, Anstice S, Berkeley N, Medd E. Ontario needle exchange programs: Best practice recommendations. Toronto: Ontario Needle Exchange Coordinating Committee. 2006
  4. Getting off Right, A Safety Manual for Injection Drug Users, Harm Reduction Coalition