Acide Ascorbique

Product Description

Les acidifiants sont utilisés pour convertir les drogues insolubles comme l’héroìne brune ou le crack de cocaïne en format hydrosoluble injectable an ajoutant un acide. Les sachets de vitamine C (acide ascorbique) distribués par le PODRRM sont emballés en format de 100 mg, ils sont fermés hermétiquement et sont à l’épreuve de l’eau. Une date de péremption est imprimée sur chaque sachet. Il est important de vérifier la date de péremption avant d’utiliser les sachets de vitamine C à usage unique afin d’assurer l’efficacité de la vitamine.

Best Practice

Best Practice:

Utiliser la quantité la plus petite possible d’acide ascorbique pour dissoudre les drogues pour réduire le risque de dommage à la veine et des infections bactériennes ou fongiques liées à l’utilisation d’autres types d’acidifiants.

  • Demander aux clients si l’acide ascorbique est nécessaire pour dissoudre la drogue ou les drogues à injecter.
  • Au besoin, fournir des sachets à usage unique d’acide ascorbique selon les quantités demandées par les clients sans imposer de limite au nombre de sachets fournis au client par visite.
  • Selon les besoins, offrir des acidifiants avec chaque aiguille fournie.
  • Fournir des trousses préemballées d’injection plus sécuritaire (aiguilles, seringues, chauffoirs, filtres, eau stérile pour l’injection, tampons d’alcool, tourniquets et acide ascorbique, si nécessaire) et aussi des fournitures d’injection individuelle plus sécuritaire en même temps.
  • Éduquer les clients sur les risques potentiels de VIH et de VHC liés au partage des acidifiants, les risques des infections fongiques liées à l’utilisation du jus de citron, vinaigre et acides acétiques contaminés par les spores et sur l’utilisation correcte par une seule personne des acidifiants, y compris des directives sur comment déterminer la quantité d’acide nécessaire pour dissoudre la drogue choisie.
  • Éduquer les clients sur les méthodes correctes utilisées pour jeter les acidifiants utilisés.
  • On croit que la vitamine C (acide ascorbique) est l’acidifiant le plus sécuritaire à utiliser pour la préparation de’lhéroïne brune et du crack pour injection.
  • La vitamine C est utilisée par les consommateur d’héroïne pour convertir l’ingrédient actif de l’héroïne, soit la diacétylmorphine/diamorphine en forme soluble pour injection.
  • Afin de dissoudre le crack, l’acide est mélangé à la drogue dans le but de séparer la cocaïne et le bicarbonate de soude et de permettre l’injection de la drogue.
  • Lorsqu’un acidifiant est nécessaire pour dissoudre une drogue, seule une pincée de vitamine C est nécessaire (approximativement ¼ de la grosseur du solide).
  • Il est important de faire la rotation du stock pour assurer que la durée de vie du produit ne soit pas expirée avant la distribution aux clients.
  • Les programmes d’échange de seringues et d’aiguilles qui préparent des trousses pour distribution devraient évaluer soigneusement leur contenu; ce ne sont pas toutes les drogues qui exigent l’utilisation d’un acidifiant et inclure de la vitamine C dans chaque trousse n’est pas rentable et constitue du gaspillage.
  • On sait que les gens qui consomment des drogues injectables utilisent les formes facilement disponibles de ces acides comme des marques commerciales de jus de citron, diu vinaigre et d’autres produits ménagers. Même si ces produits favorisent la solubilité, ils peuvent être source de méfaits et peuvent causer des infections bactériennes et fongiques comme l’endocardite qui affecte la paroi interne du coeur, affaiblissant les valves cardiaques et le muscle cardiaque; l’endophthalmite qui affecte les yeux; les albicans de Candida qui causent des symptômes comme la léthargie, la diarrhée chronique, la vaginite à levure, les infections de la vessie, les douleurs musculaires et articulaires, les problèmes menstruels, la constipation et la dépression grave.
  • La vitamine C en poudre est moins dommageable pour les veines que le vinaigre ou le jus de citron.
  • Il est important d’utiliser la plus petite quantité de vitamine C nécessaire pendant la préparation de la drogue afin de réduire le dommage aux veines lors de l’injection.
  • Le VIH et le VHC peuvent être transmis par le partage de matériel d’injection contaminé. Si plusieurs personnes utilisent la même source d’acidifiant pour leurs injections, les acidifiants pourraient potentiellement agir comme réservoir de transmission virale.

Sources & Resources

  1. Strike C., Hopkins S., Watson T., Gohil H., Young S., Buxton J et al., Best practice recommendations for harm reduction programs: needle and syringe distribution, other injecting equipment distribution, safer crack kit distribution, (version provisoire), 2012.
  2. Ville d’Ottawa, Note de service de Paul Lavigne, Agent de projet pour la réduction des méfaits, 28 janvier 2004.
  3. Strike C., Leonard L., Millson M., Anstice S., Berkeley N., Medd E., Les programmes d’échange de seringues en Ontario : recommandations de pratiques exemplaires, Toronto, Comité ontarien de coordination de l’échange de seringues, 2006.
  4. Harm Reduction Coalition, Getting off Right, A Safety Manual for Injection Drug Users.
  5. http://prescription.lifetips.com/tip/61519/basic-calculations/liquids/cc-s-ml-s-teaspoonfuls-and-tablespoonfuls.html
  6. Imbert, E., Aznar, A., Nator, R., Lemons, vinegars, mushrooms and black tar, A new stake in harm reduction, octobre 1995.
  7. http://www.emedicine.com/med/topic586.htm