Sector News

  1. Posted in:

    Injection de méthadone dans un contexte canadien

    Contexte

    • Selon la Substance Abuse and Mental Health Services Administration (2012), 669 000 personnes avaient consommé de l’héroïne au cours de l’année précédente aux États-Unis. De plus, le nombre d’utilisateurs d’héroïne avait augmenté chaque année pendant cinq années consécutives.

    • Même si la méthadone est un traitement efficace pour les patients qui souffrent d’un trouble de consommation d’opiacés et de douleurs chroniques, les décès ont continué d’augmenter à cause de l’usage illégal de la méthadone.

    • Les auteurs visaient à étudier les facteurs liés à l’injection de méthadone dans un cadre urbain canadien où l’accès à la méthadone prescrite par les médecins de soins primaires est courant.

    Approche

    Les auteurs ont utilisé deux cohortes prospectives de personnes qui s’injectaient des drogues à Vancouver (Vancouver Injection Drug Users Study (VIDUS), et AIDS Care Cohort).

    Constatations

    • Approximativement 7 % des participants se sont injectés de la méthadone au cours de la période de l’étude. Les auteurs ont noté que ce comportement est lié à la vulnérabilité socio-économique et à d’autres dépendances.

    • L’injection de méthadone n’était pas associée à l’inscription à un programme de méthadone. Il est intéressant de noter que les constatations de cette étude contrastent avec d’autres études qui proposent que l’inscription à un programme de traitement à la méthadone est associée à l’injection de méthadone. À cause de ceci, les auteurs suggèrent que ces personnes peuvent représenter une sous-population de personnes qui s’injectent des drogues « pour lesquelles les services de traitement de la dépendance ne sont pas à leur portée. »

    • Les taux de détournement (transfert de médicaments sur ordonnance légaux d’un patient à une autre personne pour usage illégale) démontrent la nécessité d’instaurer des outils qui améliorent la flexibilité des règles du programme pour les patients à faible risque de détournement, tout en assurant que les patients à risque de vendre leur médication consomment leur médication au moment où elle est fournie.

    • Toutefois, les auteurs notent aussi que les personnes qui s’injectent des drogues pourraient acheter et consommer de la méthadone comme moyen pour réduire leur consommation d’héroïne et traiter par eux-mêmes les symptômes de privation d’opioïdes.

    Conclusion

    L’injection de méthadone est associée à plusieurs autres comportements à risque élevé. À cause de cette situation, l’accès aux traitements de méthadone devrait être optimisé tout en faisant aussi des efforts pour limiter le détournement de la méthadone dans la rue.

    Tucker, D., Milloy, M.J., Hayashi, K., Nguyen, P., Kerr, T. et Wood, K, (2015), Factors Associated with Illicit Methadone Injecting in a Canadian Setting, The American Journal on Addictions, 24:532-537.